LE MOUSTIQUE TIGRE – VIGILANCE ET ACTION

Le Moustique Tigre est surveillé dans le Gers – Vigilance et action

Le moustique tigre, qui est très petit et que l’on repère surtout grâce à ses deux pattes rayées qui traînent à l’arrière, est implanté dans 33 départements de métropole.

Le 1er mai marque le début de la surveillance estivale du moustique tigre. Cet insecte, vecteur du virus zika ou de maladies comme la dengue et le chikungunya, a déjà été repéré à Auch et Lectoure.

Le 1er mai marque l’entrée en vigueur de la surveillance du moustique tigre, un insecte qui constitue «une menace pour la santé des populations». Pour la première fois cette année, le Gers entre dans les départements sous surveillance, selon un arrêté ministériel récent. En effet, indique Isabelle Estève-Moussion, ingénieur santé environnement à l’Agence régionale de santé, «nous sommes certains qu’il y a une présence du moustique tigre au moins à Auch et à Lectoure.»

Concrètement, indique la spécialiste de l’ARS, «le moustique tigre est le vecteur potentiel de zika, de la dengue et de chikungunya. Donc si, dans les zones où a été repéré le moustique tigre, un Gersois est porteur par exemple de zika, un moustique tigre peut potentiellement se contaminer à ce Gersois et lui-même contaminer d’autres personnes à son tour. Le moustique deviendra contaminant jusqu’à la fin de sa vie. C’était le maillon manquant pour que se mette potentiellement en place une chaîne.» L’Agence régionale de santé demande donc à tous les médecins de déclarer toutes les personnes qui reviennent des pays où ces trois maladies sont endémiques et qui sont potentiellement malades. Ces pays se situent principalement en Asie, Amérique du Sud et centrale et dans les Caraïbes.

Eviter une épidémie :

Mais au fait, attraper zika, la dengue ou chikungunya, est-ce dangereux, docteur ? «Ce n’est pas grave en soi, répond Mme Estève-Moussion. Ce sont des signes qui se rapprochent de ceux de la grippe, avec notamment des petites fièvres, ce qui rend ces maladies difficiles à distinguer. Une maladie comme celle-là peut présenter une certaine gravité pour des personnes faibles. Et puis il faut éviter que l’on ait des quantités importantes de personnes malades pour éviter tout problème sanitaire.» D’où la vigilance accrue demandée aux médecins et la mise en place d’un site Internet, www.signalement-moustique.fr où tout le monde peut faire connaître la présence de moustiques tigres. De même, «les personnes qui reviennent des zones sensibles doivent se protéger des moustiques pendant une semaine, en appliquant des répulsifs forts», conseille la spécialiste. Enfin, si nécessaire, des opérations de démoustication pourront être mises en place.

Découvrez notre insecticide de contact le « BIO JAG »

228 cas suspects > En Occitanie en 2016. L’an dernier, dans la grande région Occitanie, 228 cas suspects ont été signalés, parmi lesquels 30 cas confirmés «importés» de dengue, 5 de chikungunya et 106 de zika. Autrement dit, ces maladies avaient, sans exception, été contractées à l’étranger. Grâce à l’action en partenariat de l’Agence régionale de santé, des préfectures et des conseils départementaux, aucun cas de transmission n’a été déploré en Occitanie l’an dernier.

Autre article à lire